Sylvie de Meurville

« Je m’intéresse au paysage, réel ou imaginaire, et à la façon dont les failles, lignes et tracés s’inscrivent dans ses reliefs.

Les plissements de la nature, la croûte terrestre, ressemblent pour moi à une peau qui frémit. C’est paradoxalement dans les formes minérales que je ressens les pulsations de la vie : les courbes des collines, les failles et tensions volcaniques.

Dans mes travaux récents, cette relation s’exprime par de petits paysages réalisés à partir de calques froissés. Fins et légers, proches de l’envol, ils sont des territoires propices à des promenades mentales, ouverts à l’exploration immobile.

La finesse du matériau préserve la légèreté et le mouvement d’un épiderme qui s’envole. »

Sylvie De Meurville