Gérard Titus-Carmel

Titus-Carmel est un dessinateur coloriste, il dresse le savoir, la ruse, l’ironie, la tendresse de son geste.

Il compose, détail après détail, l’herbier des jours. Il soumet le végétal à l’exigence à laquelle il aspire lui-même.

Don, réveil, maintien.

Dans le sursaut d’un ordre, quelque chose se presse à même l’air de la page. Au prix d’une insistance furtive. La trace, la ride. Il y a d’une épiphanie de la fragilité. Le regard qui épouse cet élan imperceptible permet le passage de l’herbier. Dans l’éclat, dans la souplesse de sa chorégraphie. Dans le murmure  de ses tons. Dans la démesure de sa discrétion. Dans le supplice de sa beauté.

L’herbier s’éveille à lui-même, il subsiste dans l’éclat du rien et à la pertinence de la chose.

L’ombre d’une mémoire, des feuilles montant par paliers dans l’évidence du jour.

L’herbier est la matière du durable, sa survie par l’évanescence, l’abrupte sommation de l’instant. Un livre d’herbes dont les pages ne se referment pas. Arrêt sur extase et caresse du souffle. Une promulgation du végétal, sa déraison de peinture. Son ampleur. Son allure.

Yves Peyré, Extrait de « L’herbier du seul », éditions Rencontres 2006